Déjà bien avant la crise du Covid, les détaillants repensaient les livraisons du dernier kilomètre pour réduire les émissions de Co2 et répondre aux attentes des clients, une tendance forcément renforcée après le confinement décrété dans plusieurs pays.

Un rapport d’eDelivery explore comment les détaillants et les transporteurs cherchent de nouvelles façons de réduire les émissions de carbone et de répondre aux attentes des clients en matière de développement durable.

Last-mile deliveries will rise by more than 30 per cent in 10 years

En février, il était prévu que les livraisons dans le dernier kilomètre augmentent de plus de 30% en 10 ans

Un rapport révèle que les livraisons du dernier kilomètre – dont les chiffres montrent que leur volume devrait considérablement augmenter dans les années à venir – entrent en interférence avec les nouveaux modèles commerciaux, les détaillants et les transporteurs qui recherchent de nouvelles façons de réduire les émissions de carbone et de répondre aux attentes des clients en matière de développement durable.

Le rapport Sustainability: After the Buy Button édité par le magazine eDelivery examine l’impact des émissions des livraisons et des déchets plastiques et ce que les vendeurs britanniques et européens font pour les réduire. Il évalue également l’adéquation de chaque mode de livraison.

Croissance continue

Un rapport du Forum économique mondial de janvier prévoit que les émissions provenant des livraisons du dernier kilomètre augmenteront de plus de 30% en 10 ans – jusqu’à 25 millions de tonnes par an – à mesure que le nombre d’urbains et de consommateurs en ligne augmentera. Il a révélé que la demande de livraison urbaine sur le dernier kilomètre augmentera de 78% d’ici 2030, entraînant une augmentation de 36% des véhicules de livraison dans les centres-villes.

Des enquêtes montrent que le problème concerne également les clients, soucieux de cette problématique . Selon une étude de l’International Post Corporation, près de la moitié (48%) des consommateurs sont favorables à ce que leurs livraisons soient neutres en carbone.

L’année dernière, Amazon a annoncé son objectif de supprimer complètement les émissions de la moitié de toutes ses expéditions d’ici 2030, et a déclaré qu’il avait entrepris un vaste projet pour développer son propre «modèle scientifique avancé» afin de cartographier son empreinte carbone.

De même, Etsy a déclaré qu’il compenserait 100% de ses émissions de carbone générées par le transport maritime, déclarant que 98% de ses émissions totales proviennent des articles expédiés des vendeurs aux acheteurs.

Devenir électrique

Un virage vers les véhicules électriques est également un des axes de solution. IKEA a promis des livraisons 100% électriques d’ici 2025. Le détaillant effectue déjà 100% des livraisons à Shanghai en utilisant des véhicules électriques, déployant ces véhicules dans le dernier kilomètre sur 14 marchés et doublant la part des livraisons via des véhicules électriques en un an.

Angela Hultberg, responsable de la mobilité durable chez IKEA, affirme que des livraisons plus vertes et une meilleure expérience client peuvent aller de pair. Elle a commenté: «Nous ne livrerons plus les marchandises de la même manière que nous l’avons fait au cours de la dernière décennie, mais nous introduirons plutôt de nouveaux concepts. De plus, nous constatons qu’avec le temps, les véhicules électriques peuvent réellement contribuer à réduire les coûts, car, avec ces véhicules, les coûts de carburant et d’entretien sont plus faibles. À mesure que le prix des véhicules baisse, l’analyse de rentabilisation s’améliore de plus en plus. »

En octobre 2019, Zalando a lancé un essai de trois mois d’une expérience basée sur une flotte de véhicules électriques pour livrer des forfaits aux clients qui adhèrent à son programme de fidélité. Les 24 véhicules, qui portent la marque Zalando, sont fournis par Mercedes, Nissan, Renault et ARI.

Une étude a révélé que les vélos (cargos électriques) sont les plus rentables pour des distances allant jusqu’à deux 3 kilomètres et un itinéraire de livraison de moins de 20 colis.

Les chauffeurs viendront de sociétés de logistique tierces, tandis que Zalando planifiera et fournira l’infrastructure de charge.

ASOS a récemment signé un nouveau contrat avec DPD, ce deal exige que la moitié de toutes les livraisons dans la zone a très faibles émissions de Londres soient desservies uniquement par des véhicules de livraison électriques. DPD a installé un dépôt de colis tout électrique à Westminster en octobre et vise à avoir près de 600 véhicules électriques sur la route d’ici 2021. Probablement Bruxelles devrait suivre cet exemple puisque les entraves à la circulation de véhicules thermiques se multiplient dans l’hypercentre.

ASOS travaille également avec Gnewt Cargo sur les livraisons électriques à Londres. Le détaillant ramasse et emballe des colis à Barnsley et les transfère vers les installations de Gnewt dans la périphérie de l’est de Londres, où ils sont triés avant d’être chargés sur le parc de véhicules électriques.

Hydrogène

Alors que les véhicules à hydrogène sont encore loin de constituer une solution à grande échelle en termes de coûts et de soutien des infrastructures, des initiatives exploratoires sont en cours. Les véhicules combinent l’hydrogène gazeux avec l’oxygène de l’air ambiant pour créer de l’électricité, avec de l’eau pure comme seule émission.

Le projet H2Haul a reçu un financement de 12 millions d’euros de la Commission européenne et testera la viabilité des véhicules à hydrogène.

Le projet H2Haul a reçu un financement de 12 millions d’euros de la Commission européenne et testera la viabilité des véhicules à hydrogène sur 16 sites à travers la Belgique, la France, l’Allemagne et la Suisse. Les constructeurs INVECO FPT Industrial et VDL ETS vont concevoir, construire et tester trois nouveaux types de camions électriques lourds à pile à combustible. Les participants, dont les chaînes de supermarchés Carrefour, Coop et Colruyt, testeront les camions dans leurs opérations logistiques quotidiennes.

En 2018, les Galeries Lafayette et le fournisseur d’espace publicitaires JCDecaux ont commencé à travailler avec Akuo Energy pour utiliser 400 véhicules à hydrogène dans sa flotte de livraison dédiée au dernier kilomètre. Les sociétés de livraison CitySprint et FedEx testent également l’hydrogène pour les livraisons.

Faire du vélo

Les vélos gagnent également du terrain pour les dernières étapes de la livraison, note le rapport. Une étude de l’Université de Washington a révélé que les vélos sont les plus rentables sur des distances allant jusqu’à trois kilomètres avec moins de 20 colis.

DHL a expérimenté une approche innovante des vélos dans la capitale néerlandaise d’Amsterdam. DHL charge un bateau (appelé le hub flottant de la ville) avec des marchandises du centre de service avant de descendre les canaux d’Amsterdam. Les vélos et les véhicules électriques le rencontrent dans les principaux hubs pour transporter les marchandises jusqu’au dernier kilomètre.

Certains détaillants constatent qu’un moyen efficace d’introduire des vélos de livraison jusqu’au dernier kilomètre est de travailler avec une start-up agile. Au Royaume-Uni, les supermarchés Sainsbury’s et Co-op s’associent tous deux avec e-cargobikes.com pour proposer des livraisons de vélos dans des zones sélectionnées.

Certains détaillants constatent qu’un moyen efficace d’introduire des vélos de livraison jusqu’au dernier kilomètre est de travailler avec une start-up agile.

Parallèlement, le détaillant de mode suédois H&M travaille avec le service de livraison de colis néerlandais Fietskoeriers.nl pour proposer des livraisons de vélos aux clients en ligne aux Pays-Bas. Fietskoeriers.nl collecte les colis à l’aide d’un véhicule à biogaz dans l’entrepôt de H&M avant de les expédier aux hubs locaux. Les vélos clôturent alors le circuit de livraison. Il est proposé au même prix et dans les mêmes délais que les livraisons normales.

Trouver l’équilibre

Le rapport conclut: «Vers la durabilité est un voyage qui doit être fait – les détaillants qui réussiront seront ceux qui amèneront le client avec eux.»

Il ajoute: «Les détaillants doivent trouver l’équilibre entre la récente orientation des clients vers la  durabilité et celle affichée par les gouvernements avec les anciennes exigences de prix et de commodité.»

Téléchargez le rapport Sustainability: After the Buy Button .eDelivery.net est une publication affiliée de SmartCitiesWorld.eDelivery.net fait partie du groupe InternetRetailing Media en mettant l’accent sur la chaîne d’approvisionnement, les opérations, la logistique et la livraison au sein du commerce de détail multicanal.

Avec des informations tiréesde SmartCitiesWorld